Actions sur le document

Léo Collard

Bourgmestre de 1953 à 1974

Premier bourgmestre socialiste de Mons... Il le restera 20 ans!


Léo, Jules, Emile, homme politique socialiste, né à Aulnois, le 11 juillet 1902, décédé à Mons le 27 janvier 1981.
Docteur en droit, avocat, membre du Parti Ouvrier Belge (POB) dès 1926, il entre en 1931 au Comité fédéral de la Fédération boraine. En 1932, il est élu député ainsi que conseiller communal à Mons. Devenu échevin en 1947, il sera bourgmestre de 1953 à 1974. Il occupe parallèlement des charges gouvernementales dont, de 1954 à 1958, le ministère de l'Instruction publique au moment de la "guerre scolaire". En 1959, il accède à la présidence du Parti socialiste qu'il quittera en 1971 en même temps que son mandat de député. Ministre d'Etat depuis 1963, il meurt à Mons à 79 ans sans descendance directe.

Un bon départ...


Contrairement à la plupart des politiciens de la Fédération boraine, Léo Collard n'est pas issu du monde ouvrier mais de la bourgeoisie moyenne. Ses grands-parents venus de milieux paysans étaient déjà des instituteurs, son père, fonctionnaire de l'administration des douanes, sa mère institutrice.
Il termina ses humanités à l'Athénée Royal de Mons en 1920, après avoir été interrompues par une déportation de 14 mois dans un camp de travail, en 1917. C'est là qu'il a eu la révélation de ce qu'était la condition ouvrière.
Après des études de droit à l'ULB, il s'inscrit au barreau de Mons en 1926 et entre en stage chez un des rares avocats socialistes de la ville. Juriste, il sera de 1937 à 1967, chargé du cours de droit international public à l'Institut supérieur de Commerce de la province de Hainaut.

De la santé... de l'esprit et du corps


Echevin de la ville de Mons, les socialistes ayant gagné les élections de 1948, il a les Beaux-Arts dans ses compétences : aussi est-ce sous sa responsabilité qu'est rénové le Théâtre communal. Au moment de la retraite du bourgmestre Maistriau en 1953, Collard prend sa succession.
Avec son ami Bertaux, président de la Commission d'Assistance Publique, il travaille à l'érection pour l'hôpital Saint-Georges de nouveaux bâtiments qui remplacent les locaux vétustes du XIXè siècle.

Première fusion


Le Livre Blanc de Mons, dont il suscite la rédaction en 1967 après la création du Centre universitaire et l'implantation du Shape aux portes de la ville, servit d'argumentaire pour préparer la première fusion des communes limitrophes.
Il contribua activement à la création d'Intercommunales notamment d'électricité et de gaz et veilla avec l'Intercommunale de Développement et d'Aménagement de la Région Mons-Borinage et Centre au détournement de la Trouille, affluent de la Haine au cours parfois torrentiel, qui depuis lors contourne l'agglomération montoise.

Collard et l'enseignement


Vivement intéressé par les problèmes de l'enseignement, Collard fut membre du conseil d'administration de l'Université de Mons, de la Faculté Polytechnique de Mons, de l'Université du Travail de Charleroi et de l'ULB. Ministre de l'Instruction publique en 1946, et de 1954 à 1958, son " programme d'éducation démocratique " veut favoriser l'accession des enfants d'ouvriers à l'université.

En 1955, la loi "Collard " est votée, elle donne droit à l'Etat de créer des écoles officielles partout où elles seront nécessaires pour garantir la liberté du choix du chef de famille.
Pour rendre hommage à l'intérêt de Collard pour l'enseignement, une école communale de Flénu porte son nom dès avant 1972 et en 1974, le nouveau complexe scolaire construit par la ville de Mons fut appelé Centre Educatif Léo Collard et dénommé simplement Institut Léo Collard.
 
Information touristique
logo-visitmons.jpg

visitMons
Grand-Place,27 - 7000 Mons
Tél: 065/33.55.80
Envoyer un mail
Site web
Beffroi: Visite virtuelle