Actions sur le document

Maurice Lafosse

Bourgmestre de Mons de 1989 à 2001

 Cité Houdez


Maurice Lafosse est né le 5 novembre 1934, entre Mons et Hyon, au coeur d'un quartier champêtre bordé alors par la Trouille, la cité Houdez (une venelle qui part de l'avenue du Pont Rouge et rejoint la cité du Foyer de Mons). C'est un quartier très populaire, un faubourg de Mons proche de la campagne. En 1934, durant la grande crise des années 30, son père est chômeur.

A l'ombre du gazomètre


Mais ses véritables racines montoises, Maurice Lafosse les trouve vraiment au sein du quartier du Béguinage, entre la gare et Messines. Après que son père ait trouvé du travail au gaz, sa famille s'installe dans une des maisons mises à la disposition des ouvriers de la société. Sa mère fait des ménages. La famille est composée de cinq personnes : les parents, la soeur, le frère et Maurice.
Le père, avec d'autres, lance le syndicat Gazelco : les réunions se tiennent dans la seule pièce du bas de la maison, 28, rue des Ecoliers.

En évacuation à Rachot


Lorsque la guerre éclate, la famille évacue, pas bien loin, chez la grand-mère, quartier Rachot, à la chasse Montignies, près de la place Spira. Un quartier ouvrier où vit une population peu nantie."En plein coeur de Mons et pourtant c'est le coron!"

Politique ou syndicalisme


Après ses primaires à l'école communale de la rampe Sainte-Waudru, Maurice Lafosse entre à l'Athénée de Mons pour y "faire ses moyennes". En 1949, il travaille pendant un an au gaz. Il reprendra des études à l'école industrielle.

Sa formation en électronique en mains, il devient technicien-radiologue à Saint-Georges. Il s'occupera vite de syndicalisme : il devient secrétaire régional de la CGSP de Mons.
C'est en 1968, que la politique commence à le solliciter : il entre au cabinet de M. Delmotte, secrétaire d'Etat à l'économie régionale wallonne dans le gouvernement où Abel Dubois était ministre. Le bourgmestre Léo Collard lui demande d'aller s'occuper de la section de Cuesmes du PS. Il part donc habiter Cuesmes, rue des Trois Coulons et abandonne le syndicat pour mener la liste socialiste cuesmoise aux élections de 1970.
Il est élu conseiller et devient échevin en 1972, de l'Intérieur et du Logement, d'abord, des Travaux et du Logement, ensuite.
Maurice Lafosse se lance aussi dans la vie parlementaire. En 1981, il devient député et plus tard, sénateur provincial.

Rénovation urbaine


En 1989, il sera installé bourgmestre à la tête d'une majorité absolue. Il sera réélu en 1994 et restera bourgmestre jusqu'en décembre 2000.
Un nouveau plan de circulation, dont les suites sont par exemple la mise en service des midibus, a été la première grande décision sur le plan circulation.
Il réussit à concrétiser des projets comme le piétonnier, les Grands Prés, le hall multifonctionnel, le parc Initialis qui changent complètement la donne de Mons. Il est également président de trois intercommunales : Ambroise Paré, Imobelec et Sorelobo et aussi de l'Albert (club de football de Mons).

"La démocratie, c'est l'élection"


"C'est l'élu qui doit décider". Souvent qualifié de despote par ses détracteurs, Maurice Lafosse a cependant de la suite dans les idées, il est autoritaire, intransigeant mais c'est un travailleur et une forte personnalité. Il est à la fois dur pour la gestion et chaleureux dans le privé.
Ce qu'il aime c'est l'Algarve (Portugal), le jardinage, le tennis, les beaux vêtements et sa femme. En 1958, à Ostende, il rencontre Godelieve, jeune-fille d'une famille bourgeoise catholique de Saint-Nicolas-Waas. Licenciée en éducation physique, Mme Lafosse devient présidente de la commission des femmes socialistes. Ils ont deux enfants, Martine et Pascal, et cinq petits-enfants. Son fils est également socialiste militant.
Information touristique
logo-visitmons.jpg

visitMons
Grand-Place,27 - 7000 Mons
Tél: 065/33.55.80
Envoyer un mail
Site web
Beffroi: Visite virtuelle